•  

         Voici un extrait du journal « Ouest-France » du 03 octobre 2011, plus grand quotidien de France. Cela démontre, si besoin était, la vérité sur le combat anti-nucléaire, et qu’il est possible de faire autre chose, sans revenir à la bougie....

    IMG_OF_03_10_11.jpg

     

    A bientôt ....

     


     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    3 commentaires
  •  

    Le 25 juin 2011

     

    Lorsqu’il s’agit de nucléaire, il n’est jamais le temps d’en parler, Fukushima n’est pas une catastrophe « nucléaire », mais un catastrophe naturelle. Donc ne parlons pas de nucléaire !!!!

    Des éoliennes à 10 km du Mont St Michel, aussitôt l’Unesco met son véto ???, il faut repousser les éoliennes à plus de 40 km du Mont St Michel ??? Implicitement, l’Unesco prend position pour le nucléaire.

    Au vu de la dangerosité des éoliennes, 40 km équivalent à supprimer toutes les centrales nucléaires du globe. Qui dit centrales nucléaires, dit de nombreuses lignes à très hautes tension (THT) de 2 fois 400000 volts, et sur des kms et kms. Le rapport Drapper à démontré que ces lignes sont très dangereuses pour les Hommes, et les animaux. Mais l’omerta sur le nucléaire interdit d’en parler. A qui profite le crime, et on comprend pourquoi ! !!

    Mon choix est simple, entre la dangerosité  des centrales nucléaires et la vue des touristes depuis le mont St Michel, oui à la production de proximité, oui à une réelle politique d’économie d’énergie, l’avenir ne sera que par les énergies renouvelables  et non par les énergies fossiles dont le nucléaire fait partie. 

    Si un jour il y a une catastrophe à Flamanville,…. ? La vue depuis le Mont St Michel n’aura pas vraiment d’importance, toute la région sera contaminée et dangereuse….

     

    Auframi

    Suivre le lien

    www.novethic.fr/novethic/entreprise/impact_local/sites_et_riverains/lignes_tres_haute_tension_attention_riverains/114711.jsp

     

     

    Voir le citation d'albert Einstein dans la colonne de droite

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    3 commentaires
  •  

    IMGAffiche planeteenfete - Copie

     

          Comme certains l’ont peut-être constaté, je suis moins présent en ce moment sur les blogs. C’est tout simplement que « Planète en fête » approche, et les choses à faire deviennent de plus en plus urgentes. A partir de lundi prochain, tout mon temps y passera jusqu’au lundi soir suivant, et je ne suis pas sûr que le soir j’aie  le courage de me mettre sur internet.

         A bientôt

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    9 commentaires
  •  

    Quoi, les plantes médicinales traditionnelles seraient sur le point d'être interdites à la vente par la législation européenne ?

    « Il y a effectivement un grand remue-ménage , explique Ronan Blanchard, P. D.G. de Superdiet, et représentant du Syndicat de la diététique et des compléments alimentaires au niveau européen. Mais le droit de vendre des plantes n'est pas remis en question, c'est celui des allégations de santé sur l'emballage qui pose problème. »

    L'idée de départ est louable : harmoniser les réglementations au niveau européen, protéger le consommateur contre les allégations abusives. « Le nouveau règlement prévoit que pour avancer un effet, il faut disposer d'éléments de preuve. Normal ! » commente Ronan Blanchard.

    C'est la mise en œuvre qui est délicate : « La Commission européenne et l'Agence européenne de sécurité alimentaire nous demandent les mêmes études -placebo, test en double aveugle- que pour un médicament. C'est impossible ! Techniquement, car les plantes n'ont pas du tout le même type d'action, les pathologies ne sont pas aussi marquées. Et financièrement : nos entreprises ne peuvent pas payer ces études .Comment vendre un produit sans pouvoir dire à quoi il sert ? Ce serait une catastrophe ! »

    Pour l'instant, bien qu'aiguillonnées par certains lobbies, des multinationales et des associations de défense des consommateurs, les autorités ont lâché du lest. « Les échéances de 2011 sont gelées, nous bénéficions d'une sorte de moratoire, le temps de rediscuter de la démarche. II nous faut réussir à  faire accepter à nouveau comme preuves l'usage traditionnel, les études cliniques et données bibliographiques». Ronan Blanchard poursuit donc très activement ses rencontres avec les députés, ministres, membres du Parlement européen, pour les convaincre. « Ça peut prendre deux, trois ans... »

    Source : link

    www.biocoop.fr/plantes-medicinales-et-reglement.php

     

    A bientôt....


    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    6 commentaires
  •  

     

    IMG_3421.JPG

     

              Voici « mon allée sauvage ». Le passage d’un monde à un autre, un lieu où la nature garde ses droits, où les fleurs poussent comme elles en ont envie. Un lieu où les herbes folles existent, on y trouve de tout : du lupin, des paquerettes, des miosotis, des giroflées, des ancolies qui arrivent après les violettes, tout pousse pêle-mêle avec quelques chardons et pissenlits, qui bien que non invités persistent et restent. Les muriers encadrent la petite barrière, comme pour faciliter la récolte, ils sont arrivés seuls à cet endroit, venant de quelques mètres en contrebas du talus qui protège la citerne à gaz dont on aperçoit un des couvercles. Tous les ans, le lieu se modifie  au gré des nouveaux arrivants issus des graines qui se sèment seules, avec l’aide du vent ou des oiseaux, au gré de mes passages multi quotidiens, accompagné ou non d’une brouette et d’une chienne. J’aime cette adaptation  et cette transformation de la nature aux forces en présences. Aucun soin particulier n’est apporté à ce lieu, sauf couper les fleurs de chardon avant la montée en graines, et à la récolte de graines de fleurs pour faire un essaimage ailleurs.     

             Ce lieu est l’idée même que j’ai de la nature, une adaptation et une compréhension mutuelle, pour le bien-être de tout le monde, un monde sans pesticide, insecticide et autres mots en « cide » qui finissent par un homicide.   

     

     

    A bientôt....

     

     


    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    10 commentaires
  •  

     

    Interwiev TV 5 Monde

     

    A chacun de se faire son idée.

     


    Edifiant!!!! 

    A bientôt....

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    6 commentaires
  • Alerte nucléaire au Japon

    après un violent tremblement de terre

     

     

     

     

    http://www.youtube.com/watch?v=93I1_ETB-CI&feature=player_embedded

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    9 commentaires
  •  

             Pour ceux qui début juillet ne savent pas quoi faire, une bonne idée de sortie.

     

     

    planete-en-fete-2011.jpg

     

     

                   Les 2 et 3 juillet 2011 à St Hilaire du Maine, se déroulera la 8ème édition de "Planète en fête". De nombreux exposants, des conférences, des animations..... Restauration "BIO" avec des produit Mayennais.....

     

     

     

    Pour voir les éditions précédentes, suivre le lien

    www.planete-en-fete.fr/

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    14 commentaires
  •  

     

     

                 Les schistes bitumineux (également appelés pyroschistes ou schistes kérobitumeux) sont des roches sédimentaires à grain fin, contenant des substances organiques, les kérogènes. Ce kérogène est la substance intermédiaire entre la matière organique et les combustibles fossiles : du pétrole en formation et encore inachevé…

                     Aujourd’hui, c’est cette substance sur laquelle les énergéticiens parient : cette substance, il faut aller la chercher à 2500 m de profondeur en fissurant la roche dans laquelle elle est emprisonnée, ceci en injectant de l’eau à très haute pression et des produits chimiques. Ensuite il faut la chauffer à plus de 500 degrés pour en extraire les fluides.

                    L’extraction et la production d’un tel pétrole –qui consiste à accélérer un processus géologique qui normalement prend des milliers d’années- nécessite des quantités faramineuses d’énergie, d’immenses infrastructures et génère énormément d’émissions de gaz à effet de serre, le tout à l’image de la désastreuse exploitation des sables bitumineux par exemple au Canada. Sans parler des risques de pollutions des nappes phréatiques…
                      Pour produire 200 000 baril / jour, il faut l’équivalent de la production énergétique de 4 centrales à charbon, une unité de pétrole issu des schistes nécessite 5 unités d’eau et 20 unités de C02 émis (contre quatre unités pour le pétrole conventionnel).

    L’exploitation de ces schistes bitumineux est extrêmement couteuse. Mais les pétroliers, opérateurs ou prospecteurs parient sur un prix du baril toujours plus élevé pour rentabiliser leurs investissements.

                        La France au cœur de cette course effrénée aux schistes......

    Article Greenpeace pour lire la suite, c'est ICI

     


    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    11 commentaires
  •  

     

                  Partout dans le monde, même dans les pays dit « émergents », l’écologie progresse. En France, l’écologie est comprise et attendue par les français, sauf par le parti au pouvoir, qui par petites réformes, met l’Ecologie au rang d’amusement, au profit de la filière nucléaire et des grainetiers OGM. Pour preuve, les contraintes croissantes dans le but de mettre à mal la filière éolienne (plus de 500 mètres des habitations, normale, minimum de 5 éoliennes ?? Pourquoi ?? Peut-être pour donner un coup de pouce à certains gros groupes industriels ou financiers, au détriment des petits investisseurs ?? ). Il en va de même pour le photovoltaïque, ou l’aide se réduit en peau de chagrin, ce qui provoquera la fermeture d’entreprise française, et une augmentation du chômage. Tout cela sans parler des mensonges éhontés proférés par nos politiciens en voulant faire croire, par médias interposés, que les augmentations d’électricité imposées par EDF en 2011, seraient dues à la filière photovoltaïque, et que les aides à cette filière  en seraient la cause. Il serait plus honnête de leurs part de dire que le nucléaire a démontré qu’il est au bout du rouleau, déjà plus de 3 ans de retard pour l’EPR de Finlande (fabriqué par Aréva, groupe français), coût de l’opération pour le contribuable français, pour l’instant 3 milliards d’euros (juste les intérêts de retard, cela ne tient par compte de la sous-évaluation du projet). L’EPR de Flamanville, quant à lui, nous coûtera bien 2 à 3 milliards d’euros de plus lui aussi, et là sans indemnités de retard (retard de 2 à 4 ans). Quand au projet de Penly…. Espérons que les présidentielles de 2012 arrêteront le gâchis, pour  rester poli.

                 Nous sommes loin, très loin des 20% d’électricité d’origine renouvelable que l’Union Européenne demande (la France en fait partie).

                 Le nucléaire n’est pas une énergie renouvelable, le nucléaire n’est pas une énergie propre, le nucléaire dégage des gaz à effet de serre, peu en France, mais énormément au Niger, pour l’extraction de l’uranium et l’acheminement de celui-ci en France. Le nucléaire fait des déchets hautement radioactifs, dont on ne sait toujours pas quoi faire, sauf à les laisser aux générations futures en cadeau !!! Ne pratiquons pas la politique de l’autruche, si les déchets sont enfouis à Bures, dans 2 siècles, toute la région sera inhabitable. A-t-on le droit de le faire ??

                 En conclusion, rien qu’avec le surcoût  et les indemnités de retard de ces 2 centrales EPR, Nous aurions pu mettre en place une filière d’électricité renouvelable, avec la création  de plusieurs dizaines de milliers d’emplois pérennes, et atteindre 2 objectifs, les 20% d’électricité d’origine renouvelable, et une diminution durable  du chômage.

     

     

                  Et une dernière nouvelle, on divise par 2 l'aide aux paysans bio!!!Il faut bien tout démolir, pour que se soit complet!!! Comme si cela allait rendre plus simple l'instalation de nouveaux agriculteurs bio. Le dieu monsanto* a du payer cher.....       

     

    *monsanto: roi des OGM  


     

    Ci-dessous, quelques liens qui peuvent être utiles.     

     

    Uranium, indépendance énergétique de la France ???

     

    link  http://www.sortirdunucleaire.org

     

    link  http://www.greenpeace.org/france

     

    link http://burestop.free.fr/spip/spip.php?rubrique58

     

     


    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    18 commentaires
  •  

                             On nous sert à grand renfort de publicité, des pseudo voitures écologiques, diesel pour la plupart, en nous annonçant des taux de CO2 soit disant performant????? Taux calculés dans un laboratoire dans des conditions optimales, la voiture ayant toujours la même vitesse, et roulant sur un banc d'essai. Donc aucune contrainte, pas de virage, pas de côte, pas de rond-point, pas d'autre voiture nous obligeant à ralentir et à réaccélérer, pas de vent, etc ..... Comme pour les consommations, ces chiffres sont sous-évalués.

                 Maintenant, il y a la "panacée", la voiture électrique, donnée pour 0.00 CO2 !!!!!

    La question que je me pose, doit on dire voiture électrique ou voiture nucléaire?????

    Car il faut le savoir, cette voiture se branche sur le courant électrique, donc en France 85% NUCLEAIRE, c'est marqué sur votre facture EDF.

                             Le nucléaire n'est pas une source d'énergie renouvelable, ni propre ni sans dégagement de CO2, certe, peu de CO2 est dégagé en France, mais beaucoup par exemple au Niger, ou se trouvent les mines d'uranium de AREVA, et sans parler des mineurs du Niger irradiés et licenciés avant qu'une maladie se déclare. Pour information, suivre le lien en bas de page.

                   Voici une voiture qui me semble beaucoup plus écologique, et j'aimerai que notre nouvelle ministre de l'écologie Madame Nathalie KOSCIUSKO-MORISET en soit équipée, cela lui permettrait de réfléchir à ses promesses non tenues sur la ligne THT Cotentin - Maine (Ferme expérimentale et étude épidémiologique).

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    bikecare.jpg

      Photo internet

     

    Uranium, indépendance énergétique de la France ???

     

    Espérant vous avoir fait sourire sur un sujet grave..... 

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    13 commentaires
  •  

    http://coedramaine.weebly.com/questions-reacuteponses-sur-leacuteolien.html


    QUESTIONS SUR L’EOLIEN

     

    1 – La production éolienne sera-t-elle à la hauteur des annonces ?

     

    La production éolienne en Mayenne est largement à la hauteur des annonces. Le parc de 5 éoliennes de 2 MW de Cresnes sur Fraubée a produit en 2009, 29 000 000 de kWh, soit presque 6 000 000 kWh par éolienne ou 2 900 heures à pleine puissance par MW.

     

    Autre exemple, le parc de Champéon-le Horps a produit 17 000 000 kWh avec 6 éoliennes en 6 mois, soit, là encore une production de plus de 5 000 000 kWh par éolienne par an escomptée.

     

    L’évolution technologique des machines fait qu’elles tournent en moyenne plus de 85% du temps à puissance variable. Sur le parc du Horps, les contrôles nous montrent qu’il y a eu au moins une éolienne à tourner pendant 98,7% du temps et que les six ont tourné 88% du temps.

     

    Tous ces chiffres sont des réalités et non pas des intentions.

     

    2 – Les éoliennes contribuent-elles à la diminution des émissions de CO2 en France ?

     

    ¾ de la production éolienne française se substitue à des productions émettrices de gaz à effet de serre quelque part en Europe (bilan RTE, Dominique Maillard Sireme 2009).

    En 2020 les 25 000 MW prévus au Grenelle permettront d’éviter 16 000 000 de tonnes de CO2, soit la consommation de 5 000 000 de voitures (source Ademe, medad)

     

    L’éolien n’est pas intermittent mais variable. La production éolienne est régulière plus des ¾ de l’année et est présente aux périodes où on en a besoin.

    Ainsi 10 000 MW éoliens évitent la construction de 3 000 MW de centrales thermiques.

     

    La complémentarité de l’éolien et de l’hydraulique est remarquable d’efficacité. La technique du pompage-turbinage devient aussi un moyen de production où il n’y a pas de production de déchets ni d’émission de gaz à effet de serre.

     

     3 – La multiplication des éoliennes permet-elle de maîtriser les aléas du vent ?

     

    La France a la chance d’avoir le 2ème meilleur potentiel vent européen. Elle est dotée de 3 bassins de vent : la Mer du Nord, l’Atlantique et la Méditerranée. Trois régimes de vent complémentaires qui offrent une production en phase avec les pics de besoins et une bonne capacité de substitution. De plus, la production proche des lieux de consommation limite les besoins de développement des réseaux.

     

    D’autre part, le vent a la bonne idée de souffler plus souvent, plus fort quand nous consommons le plus d’électricité, c'est-à-dire en hiver. Avec 80 éoliennes en Mayenne, nous produirions 0,4 TWh par an, soit près de 20% de la consommation électrique totale mayennaise. 0,4 TWh c’est aussi la consommation électrique spécifique de tous les foyers mayennais, hors chauffage. Ce qui n’est pas rien.

     

     4 – L’opposition aux éoliennes est-elle un appui au lobby nucléaire ?

     

    Bien évidemment, l’opposition aux éoliennes est du pain béni pour le lobby nucléaire. Ce dernier orchestre en partie cette opposition avec l’appui des propriétaires de châteaux ou autres maisons de caractère. Valéry Giscard d’Estaing est un élément central du dispositif, car il est à la fois propriétaire de château et un inconditionnel du nucléaire. C’est d’ailleurs lui qui avait déclaré, il y a deux ans, qu’il fallait stopper le programme éolien et renforcer le programme nucléaire. Il avait ajouté : « Nous mettrons tous les moyens au niveau national (Institut Montaigne, conviction des personnalités politiques influentes, communication près des grands médias, etc…), mais il nous faudra aussi susciter la création d’associations locales d’opposition »

     

    Quand J.P. Pernault nous montre un reportage sur TF1, ou un opposant manie une tronçonneuse qu’il fait tourner à fond pour simuler le bruit d’une éolienne, c’est grotesque, quand il nous montre ensuite une femme dépressive, c’est une manipulation d’une malhonnêteté révoltante. Mais malheureusement tout cela est minutieusement construit et revient régulièrement sur les chaînes à grande diffusion.

     

    Le récent amendement Ollier voté à l’Assemblée Nationale, et confirmé par la Commission mixte paritaire, nous montre à quel point les intégristes du nucléaire sont capables de passer en force et de faire taire toute réclamation au sein de la majorité gouvernementale.

     

     5 – Les éoliennes ont-elles un impact sur le tourisme ?

     

     Les éoliennes ont plutôt un impact positif sur le tourisme. Le nombre de visiteurs sur les parcs est toujours en augmentation. Elles peuvent être un élément intéressant lorsqu’il y a des chemins de randonnée à proximité. Nous rencontrons aussi de nombreuses manifestations sportives comme « La ronde cyclo des éoliennes ». Symbole du développement  durable, les éoliennes dégagent toujours une image positive qui intéresse les publicitaires ou les organisateurs de fêtes.

     

    La tenue de Planète en fête, à Champéon en 2009 sous les éoliennes, fut un succès.

     

    6 – Les éoliennes ont-elles un impact sur la valeur des biens immobiliers ?

     

     Selon le Fond Régional d’Aide à la maîtrise de l’énergie et de l’environnement (FRAMEE), les registres de demandes de permis de construire ont été consultés dans toutes les communes situées dans un rayon de 0 à 5 km des centrales éoliennes, afin d’évaluer le dynamisme de ces communes en matière immobilière. Comme mis en évidence par la DRE, les communes proches des éoliennes n’ont pas connu de baisse apparente de demande de permis de construire en raison de la présence des éoliennes.

     

    L’association des notaires de France a publié une étude relevant qu’en moyenne les éoliennes n’avaient pas d’influence sur la valeur des biens immobiliers. Il existe même des cas où l’effet est positif pour certains partisans du développement durable.

     

    7 – Les éoliennes sont-elles bénéfiques à la vie collective des communes ?

     

    Les éoliennes sont bénéfiques à la vie collective des communes. Il est d’ailleurs assez spectaculaire de voir comment les gens se les approprient et vivent avec. La grande majorité des gens a le sentiment de participer à la production d’une énergie propre renouvelable, n’émettant ni déchets, ni gaz à effet de serre, mais aussi d’être plus autonomes et surtout d’être plus indépendants. Les cours du pétrole, du gaz, de l’uranium n’ont pas d’influence sur le vent.

     

     

    8 – Les éoliennes contribuent-elles au développement économique des communes ?

     

    Les communes rurales ont bien évidemment besoin de recettes nouvelles. Développer l’éolien, c’est faire du développement durable à l’échelle d’un territoire. La taxe professionnelle, la taxe foncière, même si elles sont en révision, apportent des moyens non négligeables aux communes, au département et dans une moindre mesure à la région.

     

    Ce sont des rentrées régulières qui permettent de faire des projets économiques qui développent l’emploi et apportent des services à la population.

     

    L’objectif de 25 000 MW éoliens en 2020, c’est aussi 60 000 emplois. Dommage que les conditions du développement d’une filière industrielle française ne soient pas réunies. Il faudrait :

                                                                                                                                                                                                       - Une volonté politique qui n’existe pas au plus haut niveau de l’état.

                                                                                                                                                                                                           

    - Un cadre réglementaire simplifié pour l’obtention des autorisations administratives de 2 000 MW de permis de construire/an.

     

                                                                                                                                                                                

     

    - Un comité national éolien pouvant être sollicité par les préfets pour les projets à forts enjeux.

                                                                                                                                                                                                   

     

    - Un contrat de progrès entre les pouvoirs publics et la profession.

     

    CONCLUSION :

    Lorsque les opposants parlent de saccage du paysage, c’est à comparer aux 110 000 pylônes de lignes à Haute tension sur le sol français. Regardez l’Allemagne, les 12 000 éoliennes, elle les a déjà. Cette densité n’a rien d’oppressant, mais au contraire c’est le symbole d’une production propre, moderne et économique, car le prix de marché de l’électricité va vite dépasser le coût de rachat de l’énergie éolienne, qui ne dépend pas du cours des matières premières et qui deviendra au contraire un élément de stabilité des coûts. Le montant de la contribution au service public d’électricité (CPSE) pour l’éolien est inférieur à un euro par foyer et par an.

      

    Parlons enfin du bruit. Arrêtez-vous devant un parc éolien et comparez avec le bruit des  équipements indispensables à notre vie collective : routes, autoroutes, voies ferrées, etc… Rien à voir. La population rurale est favorable aux éoliennes. Elle y voit une nouvelle ressource pour les communes. Les opposants sont en majorité des urbains, souvent aisés, venus s’offrir un paysage au prix fort pour s’extraire des nuisances que tout un chacun subit en ville. Leur tort est de voir la compagne comme uniquement un lien de villégiature et non comme un espace de développement économique.

      

    Michel Lemosquet            le 26 juin 2010

     

    link   coedramaine.weebly.com/questions-reacuteponses-sur-leacuteolien.html

     

     

     

     


    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    11 commentaires
  •               Pour ma participation du mois de novembre à la communauté "Douce France" de Philae.

     

    Quelques arbres près de la rivière l'Ernée  au lieu dit "les Forges" à Chailland.

     

    La-Mayenne-2433---Copie.JPG

     

     

     

    La-Mayenne-2432---Copie---Copie.JPG

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    18 commentaires
  •  

                Dans le Ouest-France édition Mayenne du 29 octobre 2010.

     

    Si cela est possible dans le Jura, il doit être possible de le faire partout ailleurs.

     

    IMG.jpg

     

    Merci à nos amis Jurassiens pour cette belle initiative.

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    8 commentaires
  •                   Voici en ce lundi, tardif, mais plein d'occupations, juste une petite photo.

                      Mais en regardant avec un peu d'imagination, on peut découvir la carte de France, il manque le Cotentin, l'Aquitaine et les Pyrénées, la Corse n'est plus une ile. Et nous avons annexé la Suisse (Pratique pour récupérer les impôts des grosses fortunes)

     

     

    FORET-2193---Copie.JPG

     

     

                   J'espère que les champignons ne représentent pas les explosions de nos centrales nucléaire.  Enfin, pour l'instant, il n'y  a que 58 réacteurs, le 59ème est en construction dans le Cotentin, à Flamanville.La France étant le pays le plus nucléarisé du monde, et l'approvisionnement en uranium, peut-être compromis ?

                              En cas de catastrophe nucléaire, le Cotentin serait  rayé de la carte, et certainement beaucoup plus.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    20 commentaires
  •                Je sais que les photos que je vous montre ne sont pas belles, voila maleureusement, ce qu'on peut trouver dans nos forêts.

                    Nous sommes en 2010, il y a dans nos campagnes  des déchetteries installées dans presque tous les chef lieu de canton, et ils y a encore des personnes indélicates, et le mot n'est pas assez fort, pour jeter d'anciens téléviseurs dans la forêt. J'ai pris ces deux photos lors d'une cueillette de champignons, à une centaine de mètres du bord de la route.

                    Les déchetteries sont toutes pourvues de containers pour les encombrants electroménagers et électroniques, et  en plus c'est très souvent gratuit pour les particuliers.

    FORET-2134.JPG

     

                 Comment peut-on encore dégrader la nature ainsi ? Les maisons les plus proches, par la route, sont au moins à 5 km, il a donc fallut prendre sa voiture, et la déchetterie est à 12 km, donc 7 km de plus maximum. 

     

     

    FORET-2136.JPG

     

                  C'est mon ami "bougon" qui me l'a montré, et il n'était pas content du tout!!!!  Nous ne pouvons pas faire disparaître ces choses là me dit-il, notre travail, ce sont les bouses, et autres produits décomposables.

                 

     

    FORET-2130---Copie.JPG

     

                 A l'avenir, pensez au animaux, avant de jeter n'importe quoi dans une forêt où ailleurs dans la nature. Le recyclage est déjà dificille par la filière des déchetteries, mais impossible seul dans la nature.

                 Un petit effort pour faire moins de déchets, et participer au tri sélectif.....


    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    38 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique